04 février 2009

Jardin

Le chemin qui te sépare du jardin de ton désir,
ô ami, n'est nulle part qu'en toi-même.
Il est aussi proche et aussi éloigné de toi
que tu peux l'être de toi-même.
Faouzi Skali
Depuis longtemps, je cherchais le moyen de retrouver mes envies.
Je déblayai le chemin du fatras des ans mais seule encore la morosité de la "vie professionnelle" obstruait le passage.
Depuis ce jour, mon temps de travail hebdomadaire est alégé d'un cinquième ...
Je me rapproche du jardin de mon désir.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home